Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesSurcharge pondérale et homéopathie

Traiter surpoids et obésité par homéopathie

Surcharge pondérale et homéopathie

Environ un être humain sur trois est en surpoids ou souffre d’obésité. Et cette proportion pourrait être revue à la hausse car dans plusieurs pays très peuplés comme les États-Unis, la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil, le Mexique, l’Indonésie, le Pakistan et l’Égypte, la moitié de la population est en embonpoint ou obèse. En France, près de 20 % des femmes et plus de 19 % des hommes souffrent d’obésité. A côté des régimes amincissants et des exercices physiques préconisés, les remèdes homéopathiques se montrent très efficaces pour combattre le surpoids et l’obésité chez beaucoup de personnes.

Jadis marque d’aisance sociale, l’embonpoint est désormais un signe de négligence physique dont le summum est l’obésité. Mais au-delà des aspects social et esthétique, la surcharge pondérale cause d’énormes troubles de santé parmi lesquels les maladies cardiovasculaires figurent en bonne place. Prendre soin de soi et traiter efficacement le surpoids et l’obésité constituent une nécessité vitale. Pour y arriver, l’homéopathie s’avère une aide précieuse en raison de ses mécanismes et remèdes éprouvés. Mais avant d’aborder la question du traitement, il convient de définir avec exactitude, ce qu’est le surpoids, ce qu’on désigne par obésité et surtout d’examiner les risques pour la santé.

Qu’appelle-t-on surpoids et obésité ?

Le surpoids (ou embonpoint) et l’obésité sont deux différents types de surcharges pondérales. Cette dernière est définie comme le superflu de masse graisseuse qui s’accumule dans le corps. L’organisation mondiale de la santé (OMS) détermine la surcharge pondérale d’un individu en fonction de son indice de masse corporelle (IMC) qui équivaut au rapport de son poids (en kg) sur le carré de sa taille (en m).

Le calcul est si simple que tout le monde peut le faire, même à l’aide d’une calculette : IMC = [Poids (kg) /taille2 (m) = [Poids (kg) /taille (m)]/taille (m). Selon l’OMS, l’IMC normal est de l’ordre de 18,5 à 24,9. Cela dit, une personne adulte ou adolescente est en surpoids si son IMC est compris dans la fourchette [25 ; 30[. Elle est déclarée obèse si son IMC est égal ou supérieur à 30. Un IMC compris entre 35 et 39,9 dénote d’une obésité sévère. Une personne ayant un IMC égal ou supérieur à 40, souffre d’une obésité morbide.

Risque pour la santé

Le surpoids est un facteur pouvant aggraver une arthrose, une hypertension artérielle ou un diabète. Par contre, l’obésité est souvent une cause de complications articulaires, hormonales, digestives, métaboliques, respiratoires et cardiovasculaires. Il faut aussi noter qu’il est difficile de pratiquer une anesthésie et de faire une intervention chirurgicale sur un patient obèse. En obstétrique, une femme obèse en grossesse court le risque de développer le diabète ou l’hypertension artérielle. Très souvent, un patient obèse qui perd 10 % de son poids guérir plus rapidement.

Traitements homéopathiques : durée, efficacité et mode d’emploi

Totalement naturel, le traitement de la surcharge pondérale peut durer entre 30 et 90 jours et se solder par la perte de 5 kg de masse graisseuse, voire plus. En complément d’un régime équilibré, une kyrielle de remèdes homéopathiques permettent de s’attaquer à la surcharge pondérale en fonction de sa cause et de sa localisation. Ainsi, il est possible, entre autres, de remédier au surpoids dû aux grignotages, à la rétention d’eau, aux ballonnements et de maigrir du ventre, des cuisses et pratiquement de tout le corps. Le mode d’emploi est simple : le traitement consiste généralement à faire fondre 3 granules du remède sous la langue trois fois par jour. Toutefois, pour les cas particuliers, il importe de consulter votre homéopathe.

Pour maigrir du ventre, en traitant les ballonnements

Lycopodium 5 CH est indiqué pour traiter les ballonnements dus au stress et ceux qui se localisent dans la partie supérieure du ventre. Lorsque la surcharge pondérale du ventre se situe en dessous du nombril, alors Carbo vegetalis 5 CH est recommandé. On utilise China rubra 5 CH lorsqu’il s’agit de traiter les ballonnements touchant tout le ventre.

Pour maigrir des cuisses

La surcharge pondérale au niveau des cuisses est due en général à de la rétention d’eau et/ou à de la cellulite répartie(s) sur tout ou partie du corps. Pour brûler des calories, il importe de pratiquer du sport. Il faut faire un peu de marche, de course, de gymnastique ou d’autres exercices physiques. Le traitement homéopathique vient en renfort.

Cortisone 9 CH permet d’éliminer la rétention d’eau au niveau des cuisses due à une médication à base de cortisone tandis que Thuya Occidentalis 5 CH est indiqué pour traiter les cas de rétention d’eau s’étendant des hanches jusqu’aux chevilles.

Quand les mains, les pieds et tout le corps sont gonflés (en raison de la rétention ou de la cellulite), alors Natrum sulfuricum 5 CH est conseillé. Lorsque la cellulite se déclare au bas du corps et est due à un appétit accru surtout pour les aliments salés, alors Natrum Muriaticum 5 CH est recommandé.

Thuya Occidentalis 9 CH (pas 5 CH) est utile pour venir à bout de la cellulite se déclarant par temps humide. Hamamelis 5 CH et Pulsatilla 5CH sont une combinaison efficace pour lutter contre une cellulite aux cuisses due à une mauvaise circulation sanguine avec en prime une régulière sensation de soif.

Pour remédier à la prise de poids due à la ménopause

A la ménopause, la prise de poids peut atteindre 5 à 10 kg dès les premiers mois si on n’y prend garde. Il y a des changements d’humeur qui induisent des comportements nouveaux. La nervosité par exemple peut amener la femme ménopausée à grignoter fréquemment. Pour ce cas précis, Nux Vomica 15 CH et Ignatia amara 15 CH sont les remèdes les plus indiqués.

Quelquefois, la boulimie accompagne le grignotage. Pour faire face à la surcharge pondérale occasionnée, il faut prendre, un quart d’heure avant les repas, Foenum graecum 30 CH. Ce modérateur d’appétit a l’avantage de limiter les fringales. Un autre, Absinthium 30 CH, s’avère plus efficace pour freiner l’envie d’aliments sucrés.

Pour traiter le surpoids et l’obésité dus au grignotage

Le grignotage intempestif est une cause majeure de surpoids qui est efficacement combattue par Calcaera carbonica 9 CH ou par Antimonium 9 CH. Parfois, une rupture amoureuse peut être à la base du grignotage qui fait grossir : dans ce cas précis, il faut Natrum muriaticum 9 CH. Lorsque la personne grignote en réaction à un traumatisme ou à une colère réprimée, alors elle devrait prendre Staphysagnia 9 CH. Quand le fait causal du grignotage est l’ennui, le remède conseillé est Ignatia amara 5 CH. Prendre Gelsemium 15 CH à la suite de Gelsemium 9 CH freine le subit appétit dû au stress d’un entretien futur. Sulfur 9 CH, pour sa part, est recommandé lorsque la surcharge pondérale est induite par la consommation fréquente d’aliments sucrés et que le malade a la peau grasse et ne supporte pas la chaleur.

Comment garder la ligne après un traitement contre le surpoids ou l’obésité ?

Une chose est de perdre du poids au cours d’un traitement médicamenteux ou d’un régime amincissant, une autre est de toujours garder la ligne après. Beaucoup de gens s’oublient et reprennent encore du poids. Une solution simple mais éprouvée pour éviter de prendre des graisses à nouveau consiste à boire régulièrement de l’eau citronnée. En raison de sa richesse en pectine, le citron aide à perdre l’appétit.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.