Nous souhaitons un prompt rétablissement à toutes les personnes souffrant de COVID-19 ou d’autres maladies.

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin et suivre ses conseils en priorité.

Sainte SantéPsychologieGénérauxbégaiement

Bégaiement : Types, signes, causes et traitements psychologiques

bégaiement

Le bégaiement s'étale sur une longue séquence de degrés de gravité, parfois non diagnosticable. Quelquefois, il rend la communication verbale presque impossible. Le bégaiement est un trouble plus complexe qu'il n'y paraît. Il comporte des aspects psychologiques et émotionnels compliqués qui ne sont pas perceptibles du côté de l'observateur ou de l'auditeur. Le bégaiement évoque un vortex quotidien d'émotions telles que la honte, l'estime de soi, le doute de soi, l'embarras, la frustration et la colère. Dans certains cas, ces émotions contribuent à l'apparition de la dépression.

Environ 1% de la population mondiale souffre de bégaiement à un degré ou à un autre. C’est du moins ce qu’indiquent plusieurs études épidémiologiques, documentées dans plusieurs cultures du monde entier. Le phénomène est largement plus fréquent chez les hommes que chez les femmes. Le plus souvent, le bégaiement apparaît pour la première fois à l’âge de 3 ou 4 ans, mais peut également apparaître à un âge plus avancé.

Qu’est-ce que le bégaiement ?

Également connu sous le nom de trouble de la fluidité, le bégaiement est un trouble de la communication. Il se manifeste par :

  • des difficultés à prononcer les syllabes et les mots ;
  • une irrégularité dans la fluidité de la parole ;
  • un brouillage au milieu d’un mot ou d’une phrase (courtes pauses appelées Speech Blocks dans la littérature professionnelle notamment en psychologie).

Le bégaiement oblige les personnes atteintes à lutter avec la fluidité de la parole. Les bègues tentent de gérer l’amputation des lèvres par des efforts comportementaux, tels que la distorsion du visage, les clignements des yeux, les coups de poing dans la paume, les coups de pied sur le sol et plus encore.

Le bégaiement est-il lié à l’intelligence ?

Il n’y a pas de lien. Le bégaiement n’a rien à voir avec l’intelligence ou le potentiel personnel d’une personne. La difficulté réside dans la production vocale de syllabes, de mots, de groupes de mots et de phrases.

Pourquoi bégayer dans la parole et non dans le chant ?

Les chercheurs pensent que comprendre pourquoi le bégaiement diminue considérablement pendant le chant peut nous aider à mieux comprendre le bégaiement. Désormais, nous savons que le cerveau fonctionne différemment en chantant et en parlant. Nous utilisons également différemment les cordes vocales, les lèvres et la langue pour chanter et parler. En poésie, il n’y a pas de pression temporelle dans le discours et les mots sont généralement connus à l’avance.

Difficile d’être bègue

Dans la société actuelle, il est difficile de souffrir de bégaiement. Cela semble être l’un des problèmes de communication qui impose à la personne un cycle de honte, d’anxiété et d’intensification du bégaiement. Dans le passé, cette situation a conduit à l’impuissance de l’établissement thérapeutique. Même de nos jours, lorsqu’il existe des méthodes de traitement qui fonctionnent bien, le patient doit s’investir, croire et persévérer.

Différents types de bégaiement

Il existe au moins 3 types de bégaiement. Les différences entre eux s’expriment dans les symptômes, les causes et la manière dont ils se produisent.

Bégaiement développemental

C’est le type de bégaiement le plus courant chez les enfants de moins de 5 ans, en particulier les garçons. Le bégaiement développemental est ainsi appelé parce qu’il apparaît au stade du développement où les enfants acquièrent la capacité de parler, de syntaxe et de langage. Ce type de bégaiement passe dans la plupart des cas spontanément, sans intervention thérapeutique.

Bégaiement neurologique / neurogène

Dans le contexte d’une blessure ou d’une paralysie cérébrale, le bégaiement neurogène apparaît de façon soudaine. Il est généralement stable tout au long de diverses tâches d’élocution. Le bégaiement neurogène ne semble pas anxieux pour la parole elle-même. Toutefois, ce trouble apparaît après un traumatisme crânien, une aphasie ou une déficience motrice verbale.

Bégaiement psychogène

En tant que réponse psycho-émotionnelle, le bégaiement n’a pas de source organique. Le bégaiement provenant d’une source psychogène apparaît soudainement. Les psychologues et les psychiatres s’y réfèrent désormais comme un trouble convulsif, une dépression ou une anxiété.

Quelles sont les causes du bégaiement ?

À ce jour, on ne sait toujours pas complètement ce qui cause le bégaiement. Dans le même temps, depuis le milieu des années 1960, les chercheurs et les psychologues se sont mis d’accord sur une combinaison causale d’éléments héréditaires, mentaux et physiologiques.

Les explications étiologiques les plus courantes de l’apparition du bégaiement comprennent désormais les éléments suivants.

Causes génétique et héréditaire

Les études sur les paires de jumeaux séparés dans l’enfance et l’examen du bégaiement chez chacun d’eux à l’âge adulte sont un excellent moyen de neutraliser les variables environnementales : si le bégaiement interfère avec bon nombre de ces paires de jumeaux, bien qu’elles ne partagent pas les mêmes effets environnementaux, nous disposons de preuves génétiques solides.

Difficultés émotionnelles

Comme de nombreuses difficultés émotionnelles, le bégaiement a tendance à s’intensifier pendant les périodes de stress et de détresse mentales ou à la suite d’une période de vie plus difficile. Cette récidive est également évidente chez les adultes qui ont subi un traitement approprié et efficace dans leur enfance.

Faible estime de soi

Les études nous apprennent que le bégaiement chez les enfants est lié à leur niveau d’estime de soi dans leurs performances scolaires et sportives, ainsi qu’au soutien des parents et à leur capacité à faire face au problème. Plus la confiance en soi est élevée et soutenue par des facteurs environnementaux, plus le bégaiement se traduit par un phénomène inhérent qu’il est plus possible de gérer et de vivre.

Croyances de soi sur les capacités de parole

L’une des questions fascinantes laissées avec un grand point d’interrogation est : "Pourquoi le bégaiement n’interfère-t-il pas avec le chant, mais seulement avec la parole ?" L’une des raisons à cela est peut-être liée à nos croyances fondamentales. Chez les bègues, ces croyances sont basées sur des expériences de performance qui évoquent l’anxiété et la vulnérabilité, tandis que le chant est (ostensiblement) une fonction complètement différente.

Une autre explication cognitive de l’absence de bégaiement dans les chansons est que tout est connu à l’avance, les paroles, la mélodie et l’intonation. La probabilité que l’anxiété « complique » le bégaiement avec un chant faible à nul.

Troubles neurologiques

Les preuves d’études sur le cerveau utilisant des appareils de balayage avancés (TEP et IRMf) montrent que l’équilibre symétrique de l’activité des hémisphères, les deux parties symétriques du cerveau, est différent chez les bègues. Cette différence se produit premièrement, lors des efforts de bégaiement. Cela exprime apparemment une compensation de la suractivité dans l’hémisphère droit.

Des résultats similaires sont apparus chez les sujets après un AVC (accident vasculaire cérébral) et une aphasie. Le bégaiement est donc associé à une hyperactivité de l’hémisphère droit. De plus, les bègues ont un « problème de synchronisation » avec le passage de l’information entre le cortex droit et le cortex gauche. Cet autre problème entraîne des difficultés de fluidité verbale.

Bégaiement, anxiété et évitement

Les bègues développent des stratégies d’évitement pour eux-mêmes. Ces stratégies sont similaires aux comportements protecteurs chez les personnes souffrant de différents types de troubles anxieux.

Par exemple, les bègues évitent les mots qui peuvent coller à la suite du discours, lorsqu’ils choisissent des mots qui ne se terminent pas par une syllabe qui peuvent rendre difficile la prononciation du mot suivant. Ainsi, il s’avère qu’ils disent principalement ce qui peut être dit, au lieu de se présenter de la meilleure façon possible en communication.

Le bégaiement évite les situations de discours stressantes, telles que les conversations avec des personnes avec lesquelles il y a déjà une histoire dans laquelle la honte est survenue en raison de l’apparition du bégaiement.

En fait, les comportements d’évitement sont l’un des phénomènes les plus limitants dans la vie des bègues - l’évitement a le pouvoir d’entraîner une réduction dans une variété de domaines d’intérêt, les relations interpersonnelles et la vie professionnelle.

L’un des principaux problèmes de l’évitement est que la situation menaçante ne fait pas l’objet d’un réexamen. Mais elle est fixée comme une panique jusqu’à nouvel ordre (généralement un traitement ou une expérience qui offre une opportunité qui nécessite un courage extraordinaire).

Bégaiement et anxiété sociale

L’évitement interpersonnel du bégaiement a des implications sur la perception de soi et le fonctionnement social, augmentant le lien entre le bégaiement et les angoisses sociales.

L’anxiété sociale est un trouble anxieux courant caractérisé par la peur et l’appréhension de l’humiliation, l’embarras et une évaluation négative dans des situations sociales, en particulier des situations basées sur la performance.

En effet, de nombreux adultes bégayant sont également confrontés simultanément à l’anxiété sociale, aux difficultés psychologiques dans l’espace interpersonnel et ils ont tendance à regarder de manière plus négative et critique la capacité de parler.

Des études épidémiologiques sont nécessaires pour identifier la prévalence du trouble d’anxiété sociale chez les enfants et les adolescents bégayant, un chiffre qui est encore dans le brouillard (pas précis).

Traitements du bégaiement

Il existe désormais plusieurs approches de traitement du bégaiement, chez les enfants, les adolescents et les adultes, en face à face ou même en ligne. Les meilleurs résultats thérapeutiques en matière de réduction du bégaiement sont obtenus grâce à la collaboration entre un clinicien en communication et un psychologue clinicien.

Pour les enfants et adolescents, il existe une possibilité de traitement indirect par rapport au traitement direct :

En traitement indirect, l’accent thérapeutique sera orienté vers un travail sur l’influence des facteurs environnementaux (indirects), tandis qu’en traitement direct, le traitement se concentrera uniquement sur le problème de la fluidité de l’enfant.

Chez les adultes, le traitement se concentrera principalement sur les problèmes fondamentaux, les croyances, les pensées et les comportements liés au bégaiement.

Traitement du bégaiement chez les enfants d’âge préscolaire et élémentaire

Le traitement qui a prouvé le plus haut niveau d’efficacité de recherche pour les enfants bégayant jusqu’à l’âge de 6 ans, et même dans les salles de classe de l’école primaire, a été développé par des psychologues australiens - le programme Lidcombe.

Le programme est basé sur les principes de base de la thérapie comportementale, et en particulier du conditionnement opératoire, qui est facilité par l’apprentissage et la punition basés sur le renforcement (Arnott et al, 2014).

enfants d’âge prescolaire

La personne qui enseigne les principes du programme Lidcomb est un soignant qualifié pour les enfants, mais les principaux agents de changement sont les parents - ce sont eux qui appliquent, pratiquent et assimilent ce qui est appris lors des devoirs intensifs avec les enfants (la justification du programme rappelle la méthode ABA ).

Chez les jeunes enfants, il y a également un besoin de conseils parentaux parallèles, grâce auxquels les parents apprennent à se comporter et à gérer les enfants qui souffrent de bégaiement, alors que parfois l’implication du personnel éducatif de la maternelle ou de l’école est également requise.

Dans les cas où le bégaiement est connu pour se produire en raison de difficultés émotionnelles, ou lorsqu’il est accompagné de difficultés de communication supplémentaires, il convient de rechercher un traitement psychiatrique à court terme et dédié, en parallèle avec un traitement par un clinicien en communication, pour aider l’enfant à faire face à un traitement plus large et plus complet.

Médicament

Les bloqueurs de dopamine peuvent être utiles pour bégayer. Les études à venir pourraient se concentrer sur le lien entre le bégaiement et l’anxiété, et si les médicaments seuls peuvent être bénéfiques ou si une combinaison d’orthophonie et de médicaments sera plus efficace.

Dans de rares cas, le traitement du bégaiement ne parvient pas à créer un soulagement et une amélioration du flux de la parole. Cela crée une frustration et une détresse réelles. Dans ces cas, il est important d’aborder l’image de soi, la capacité du patient à communiquer par des moyens alternatifs qui complèteront le travail de communication, et parfois le processus mental du patient parvient à s’accepter en fin de compte, ce qui crée moins de détresse autour du bégaiement, diminue l’anxiété précoce et améliore la fluidité.

Traitement CBT

Le traitement le plus courant du bégaiement dans la thérapie CBT (Psychothérapie Cognitivo-Comportementale) est l’orthophonie. L’orthophonie présente généralement des caractéristiques cognitives.

dans la thérapie CBT, le thérapeute et le patient travaillent principalement sur l’amélioration des capacités d’autogestion, de contrôle respiratoire, d’acquisition et de pratique des techniques de retard de parole et d’apprentissage des habiletés assertives (Reddy et al., 2010).

Parfois, en plus de ce traitement, il y aura une combinaison de thérapie de groupe. La thérapie traditionnelle se concentre sur le changement de la réponse du patient au bégaiement. Avant de rechercher une psychothérapie, nous vous recommandons de demander une évaluation à un clinicien en communication.

Formation à la parole

Le psychologue Ronald Webster a développé une méthode de traitement basée sur l’apprentissage de la parole. Les participants à la thérapie ont suivi un programme de traitement intensif dans lequel ils ont pratiqué les capacités de parole et l’utilisation des sons. Et puis ils ont appliqué ce qu’ils ont appris dans les conversations, d’abord dans des conversations simples (comme des questions d’information), puis dans des conversations plus complexes (comme de longues conversations avec des amis).

Applications de rétroaction de bégaiement

Plusieurs application révolutionnaires permettent un retour d’information important sur le changement. Il s’agit, entre autres, de DAF Pro et de NiNiSpeech,

Faire face au bégaiement dans le film "Le discours du roi"

Dans le film primé The King’s Speech, le roi George VI - il est le duc anglais d’York - fait face à un bégaiement sévère qui l’empêche d’établir son autorité dans le royaume britannique. Après de nombreuses tentatives pour traiter le problème, il rencontre Lionel Log, un clinicien en communication australien, qui commence à travailler avec le roi désespéré pour faire face efficacement.

Log a d’abord construit une infrastructure thérapeutique stable : il a commencé par former une relation d’amitié thérapeutique avec le roi, un mouvement continu et intime qui a permis la construction d’une alliance thérapeutique solide, tout en augmentant la confiance en soi du patient et en encourageant un partage et un traitement honnêtes sur ses problèmes psychologiques d’enfance et de vie.

Dans la deuxième étape du processus, le clinicien en communication australien a utilisé des moyens qui n’ont pas réussi le test de recherche, comme se gargariser avec de l’eau chaude. Dans le même temps, une technique clinique importante qui subsiste est la respiration diaphragmatique, une technique respiratoire qui se concentre sur l’activation du diaphragme au lieu de la poitrine.

Log utilise également un engourdissement systématique, un outil thérapeutique courant dans la thérapie cognitivo-comportementale moderne, des techniques de relaxation physique conçues pour soulager l’anxiété antérieure du bégaiement (apparemment, nous parlerons de pleine conscience aujourd’hui), en pratiquant des syllabes retardées qui deviennent lentement des mots en utilisant la distraction et l’écoute au casque.

Bande-annonce du film "Le discours du roi" :

Sources

Neumann, K., A. Euler, H., Bosshardt, H.-G., Cook, S., Sandrieser, P., & Sommer, M. (2017). The Pathogenesis, Assessment and Treatment of Speech Fluency Disorders. Deutsches Ärzteblatt International, 114(22-23), 383–390

Frigerio‐Domingues, C., & Drayna, D. (2017). Genetic contributions to stuttering : the current evidence. Molecular Genetics & Genomic Medicine, 5(2), 95–102

Arnott S, et al (2014). Group lidcombe program treatment for early stuttering : a randomized controlled trial. Journal of Speech, Language, and Hearing Research, October 2014, Vol. 57, 1606-1618

Parry, W. D. Understanding and Controlling Stuttering : A Comprehensive New Approach Based on the Valsalva Hypothesis. 3rd ed. New York : National Stuttering Ass’n, 2013

Blomgren, M. (2013). Behavioral treatments for children and adults who stutter : a review. Psychology Research and Behavior Management, 6, 9–19
Bowen, C. (2011, February 15). Lionel Logue : A Pioneer in Speech-Language Pathology. The ASHA Leader

Lundgren, K., Helm-Estabrooks, N., & Klein, R. (2010). Stuttering Following Acquired Brain Damage : A Review of the Literature. Journal of neurolinguistics, 23(5), 447-454

Reddy, R. P., Sharma, M. P., & Shivashankar, N. (2010). Cognitive Behavior Therapy for Stuttering : A Case Series. Indian Journal of Psychological Medicine, 32(1), 49–53

Bloodstein O., and Ratner N. O.. 2008. A handbook on stuttering. Thomson Delmar Learn, Clifton Park, NY

Bothe AK, Davidow JH, Bramlett RE, Ingham RJ. Stuttering treatment research 1970-2005 : I Systematic review incorporating trial quality assessment of behavioral, cognitive, and related approaches. Am J Speech Lang Pathol. 2006 ;15:321–341

Büchel, C., & Sommer, M. (2004). What Causes Stuttering ? PLoS Biology, 2(2), e46
Bray MA, Kehle TJ, Lawless KA, Theodore LA. The relationship of self-efficacy and depression to stuttering. Am J Speech Lang Pathol. 2003 ;12(4):425–431

Neumann K, Euler HA, Gudenberg AW, Giraud AL, Lanfermann H, et al. The nature and treatment of stuttering as revealed by fMRI : A within- and between-group comparison. J Fluency Disord. 2003 ;28:381–410

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com
Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.