Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéTraitementsMédicamentsLaxatifs

Les laxatifs, pour un meilleur transit intestinal

Laxatifs

Les laxatifs sont des produits facilitant l’accélération du transit intestinal par le ramollissement des selles. Ils sont ainsi indiqués dans le traitement de la constipation. L’utilisation des laxatifs peut se faire oralement ou par voie rectale.

Avec ces médicaments, la constipation peut être traitée sur une courte période. Il existe plusieurs types de laxatifs qu’on différencie principalement par leur mode d’action. Toutefois, l’absorption prolongée de certains de ces produits est déconseillée à cause d’éventuels effets indésirables. Voici les différentes catégories de laxatifs.

Les laxatifs osmotiques

Les laxatifs osmotiques sont des substances qui permettent de ramollir les selles en retenant l’eau et les électrolytes dans le côlon. Leur action est complète en 1 à 2 jours. Parmi les laxatifs osmotiques, on trouve les osmotiques sucrés dont la lactulose, le lacitol, le mannitol, le sorbitol et le pentaérythritol.

Il existe aussi les osmotiques salins composés de phosphates, de sels de sodium, de sels de potassium et de chlorure de magnésium. Il faut noter qu’avec ce genre de laxatifs osmotiques, on constate un passage partiel du sel dans le sang. La conséquence de cet état de fait est l’augmentation de la pression artérielle ainsi qu’un risque d’œdème en cas d’absorption à fortes doses.

Concernant particulièrement le magnésium, il reste dans l’intestin et draine l’eau à partir d’un effet osmotique. Son élimination se fait en toute efficacité par filtration rénale. On distingue en outre les osmotiques purs constitués du macrogol ou polyéthylène glycol ou encore PEG.

C’est généralement en préparation d’un examen du côlon que cette catégorie d’osmotiques est utilisée. Ils sont aussi efficaces dans le traitement de la constipation chronique. Les laxatifs osmotiques pris dans leur ensemble peuvent provoquer des effets indésirables comme des ballonnements intestinaux et des douleurs abdominales.

Les fibres ou laxatifs de lest

Ce genre de laxatifs rend les selles plus denses et plus volumineuses et facilite la rétention d’une bonne quantité d’eau. Ils sont constitués de fibres alimentaires dites insolubles ou de mucilages solubles, dans lesquels on trouve une substance capable de se gonfler au contact de l’eau. Les laxatifs de lest favorisent le péristaltisme naturel et accélèrent le transit colique en deux à trois jours.

Les médicaments disposant de telles propriétés sont élaborés avec les mucilages des graines de psyllium – également appelées ispaghul – et du maltodextrose. Comme fibre, le son est très souvent utilisé. Il faut cependant noter que les laxatifs de lest constitués de mucilage sont plus efficaces que ceux avec les fibres. En plus, les fibres sont susceptibles de provoquer des effets secondaires comme des douleurs abdominales et des ballonnements intestinaux.

Les lubrifiants et les laxatifs de contact

Les laxatifs sont aussi fabriqués avec des lubrifiants comme la gelée d’huile de paraffine. Les produits de ce genre sont généralement absorbés oralement. Leur action permet de faire progresser, de façon modeste, les selles dans l’intestin à partir d’un effet de glissement. Les lubrifiants réduisent l’absorption hydrique et agissent au bout de six à huit heures.

Ces produits engendrent cependant des effets indésirables tels que des irritations et des suintements anaux. Il existe également des laxatifs de contact qui ont l’avantage d’augmenter la motricité intestinale à partir de plusieurs mécanismes. On note toutefois que ces substances exposent à des effets indésirables souvent graves comme les colites.

Les dérivés anthraquinonines naturels et les laxatifs à usage rectal

C’est à partir d’un seuil de 30 mg à 36 mg par jour que l’anthraquinone est utilisée comme laxatif. Parmi les dérivés anthraquinonines les plus courants, on peut évoquer les glucosides d’anthraquinone qui se transforment dans le côlon en sennosides.

Connus comme hydrophiles, ces sennosides diminuent l’absorption intestinale de l’eau afin d’obtenir un bol fécal fluide. Ces substances permettent ainsi d’éviter la formation des selles grumeleuses et les rendent plutôt molles, voire même liquides.

Glucosides d’anthraquinone et sennosides sont extraits des feuilles de séné et du rhizome de plusieurs plantes dont la bourdaine et la rhubarbe. On trouve par ailleurs des laxatifs à usage rectal permettant de déclencher rapidement le réflexe exonérateur ou défécation. Il faut cependant éviter l’usage répété de ces laxatifs qui peuvent provoquer des irritations anales.

Les laxatifs à usage rectal sont généralement utilisés sous forme de glycérine par voie rectale ou de lavements évacuateurs. Avec ces produits, il est facile d’extraire manuellement un fécalome.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.