Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Arnica : composition, vertus, emploi et risques

Arnica

L’arnica est l’une des plantes les plus populaires dans la médecine traditionnelle. On retrouve déjà la description de ses vertus dans les documents de la Grèce antique. Elle est communément utilisée dans le traitement des blessures.

Présente dans plusieurs pays d’Europe, l’arnica pousse préférentiellement dans les zones montagneuses. Poussant également en Amérique, cette plante vivace fut longtemps utilisée pour ses vertus cicatrisantes et apaisantes. Dans l’industrie pharmaceutique, on l’utilise pour fabriquer des pommades et crèmes aux propriétés analgésiques et anti-inflammatoires.

Composition

L’analyse chimique de l’arnica a permis d’isoler le principal principe actif de l’arnica : l’hélénaline. C’est cette molécule de formule brute C15H18O4 qui confère à l’arnica ses propriétés analgésiques et anti-inflammatoires.

On retrouve en outre dans l’arnica du thymol, des flavonoïdes, des coumarines, de l’arnicine, des caroténoïdes ainsi que des huiles essentielles.

Vertus

Ses propriétés antibactériennes font d’elle un bon remède efficace contre certaines affections ORL, le mal de gorge et les angines d’origine virales ou bactériennes. Pour les soins bucco-dentaires, la teinture d’arnica soulage les aphtes et réduit le mal de dents

L’arnica peut être utilisée pour soulager les douleurs et réduire les inflammations survenant à la suite de traumatismes, blessures, ou foulures. C’est un excellent anti-inflammatoire qui traite efficacement les douleurs musculaires et articulaires provoquées par certaines pathologies comme les tendinites, l’arthrose et les arthrites.

Sous forme homéopathique, son champ d’action s’élargit. Ici, elle peut être utilisée en usage interne afin de prévenir les pathologies cardiovasculaires et pour protéger les vaisseaux sanguins. En ophtalmologie, elle sert au traitement et à la prévention des rétinopathies. En outre son utilisation peut réduire les hématomes et les hémorragies sans gravité.

Mode d’emploi

La partie utilisée pour la préparation des remèdes est généralement les fleurs d’arnica. C’est à partir d’elles que sont fabriquées les huiles de massage, des teintures ainsi que des granules homéopathiques.

On peut réaliser une infusion à base des fleurs d’arnica. Pour le faire, il faut laisser infuser pendant une quinzaine de minutes 3g de fleurs séchées dans de l’eau bouillante. Ensuite, appliquer une compresse imbibée de cette solution sur les zones touchées. Le faire plusieurs fois par jour.

Pour fabriquer une teinture à base d’arnica, on met 100 g de fleurs séchées dans un litre d’alcool ayant un indice minimum de 50 °. Ensuite, laisser macérer le tout au soleil au moins 24 heures. Après filtrage, la solution obtenue est prête à utilisation. Il est conseillé de conserver cette teinture dans des récipients en verre.

Cette teinture peut être utilisée pour les massages. Pour cela, mélanger un peu de teinture dans de l’huile végétale (25% de teinture pour 75% d’huile) puis l’appliquer sur les parties douloureuses.
Contre les affections buccales et de la gorge, préparer une solution d’eau et de teinture et en faire un bain de bouche. Ne surtout pas avaler la solution.

Risques et mise en garde

L’arnica prise par voie orale est dangereuse pour l’organisme du fait de la forte toxicité de l’un de ses composants : l’arnicine. En usage homéopathique, les doses prescrites doivent être scrupuleusement respectées. Il est aussi déconseillé de l’utiliser sur les plaies ouvertes ou ulcérées.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.