Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Piloselle : composition, vertus, emploi et risques

Piloselle

La piloselle, plante herbacée originaire d'Asie, est appréciée en phytothérapie pour ses vertus médicinales (anti-infectieuse, apéritive, cholagogue, diurétique, antifongique, antispasmodique) et du fait que sa consommation ne provoque pratiquement aucun effet secondaire.

La piloselle, surnommée oreille de souris, est une plante de la famille des astéracées. Elle est utilisée depuis le moyen ange comme remède contre les blessures. On l’emploie fréquemment pour ses propriétés diurétiques d’où son utilisation dans la médecine pour traiter les œdèmes des membres inférieurs. la piloselle s’est vite répandue en Europe, en Amérique et en Afrique.

Composition

Les principaux principes actifs présents dans la piloselle sont les flavonoïdes, les polyphénols, l’ombelliférone (antibiotique) ainsi que des dérivés hydroxycinnamiques. Comme autres substances présentes dans cette plante, on peut citer le mucilage, la résine, des acides-phénols, du tanin et du manganèse.

Vertus thérapeutiques

La piloselle a un effet diurétique. Elle facilite l’élimination des toxines et de l’eau par voie rénale. C’est un draineur naturel efficace et traite les problèmes de rétention d’eau.

De plus, c’est un puissant antibiotique naturel et antispasmodique. Il facilite la digestion et est très efficace contre les bactéries du genre Brucella.

En outre, il a une action cholérétique (il augmente la sécrétion biliaire). Elle peut être aussi utilisée en cas d’hypertension artérielle légère provoquée par une alimentation trop riche en sel. En effet, la piloselle élimine le surplus de sel et rééquilibre la tension artérielle.

Par ailleurs, la consommation de piloselle permet de traiter certaines affections respiratoires (asthme, bronchite, coqueluche) et elle stoppe la production de mucosité.
Appliquée en cataplasme sur les plaies non ouvertes, la piloselle favorise la cicatrisation.

Mode d’emploi

En phytothérapie, toutes les parties de la piloselle sont utilisées. Après avoir été séchée, on peut la consommer sous forme d’infusion. On la retrouve également sous forme d’extrait fluide, de gélules d’extrait ou sous forme de teinture mère.

Sous forme d’extrait sec standardisé, prendre 200 mg une à deux fois par jour, accompagné d’un grand verre d’eau et de préférence en dehors des repas.

Pour préparer une tisane à base de piloselle, mettre entre 5 et 10 g de plante entière dans un litre d’eau chaude. Ensuite, couvrir le tout et laisser infuser une dizaine de minutes. Filtrer et boire une tasse de cette infusion deux fois par jour (le matin et à midi) avant les repas.

Sous forme de teinture mère, il faut diluer 50 gouttes de cette préparation dans un peu d’eau et boire le mélange deux fois par jour avant les repas.

Sous forme d’extrait fluide, commencer par diluer 30 gouttes dans un grand verre d’eau puis boire. Ce mélange est à réaliser trois par jour.

Risques et mise en garde

La piloselle ne présente aucune contre-indication. Néanmoins, il est préférable de respecter les doses indiquées. Certaines personnes peuvent être allergiques à l’une des substances actives de cette plante. Celles-ci doivent éviter de consommer la piloselle. Il est aussi recommandé de prendre l’avis d’un spécialiste avant de commencer un traitement avec la piloselle. Il est aussi primordial de connaitre la provenance de la plante et veiller à sa propreté. Il faut bien la laver avant de la sécher.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.