Être en bonne santé, c’est une grâce !

Chicorée
Samedi 23 avril 2016

La chicorée : composiotion, indications, emploi, risques

Encore appelée herbe à café, la chicorée est une plante herbacée reconnue depuis la Grèce antique pour ses vertus thérapeutiques. En ce temps, elle se retrouvait dans des vins contre la fièvre et dans des sirops vermifuges.

La partie la plus utilisée de la plante est sa racine, mais tous les composants de la plante peuvent être utilisés dans la confection de remèdes. La chicorée de son nom scientifique Cichorium intybus est beaucoup plus utilisée pour soulager les troubles des reins et du foie.

Composition

La chicorée renferme un nombre important de composants et de principes actifs. La principale substance active présente dans la chicorée est l’inuline qui agit de la même manière qu’un prébiotique sur la flore intestinale.

Les feuilles sont riches en acides aminés (arginine, valine, thréonine, tryptophane, lysine), en éléments minéraux (fer, calcium, potassium, phosphore, magnésium) et aussi en vitamines (B1, B2, B3, carotène).

Les racines contiennent du sucre de type fructose, pentose et dextrose. Un autre composant important est la lactucine qui a des propriétés antipaludéennes, dépuratives, cholérétiques, cholagogues analgésiques et sédatives. On trouve aussi dans la racine de la lactucopricine, de la taraxarcine et de l’intybine.

Indications thérapeutiques

La chicorée est généralement utilisée pour soulager les troubles digestifs. Sa consommation est recommandée en cas d’indigestion, ballonnement, et constipation. La chicorée stimule l’appétit. En outre, elle facilite l’évacuation de la bile vers l’intestin.

Son usage est recommandé chez les personnes ayant des troubles hépatiques ou de calculs biliaires. La chicorée de par ses propriétés diurétiques permet de soulager les inflammations des voies urinaires.

Les feuilles ont des propriétés anti-inflammatoires et peuvent être appliquées pour soulager tout type d’inflammations.

Mode d’emploi

La chicorée peut être consommée sous forme d’infusion. La préparation se fait à partir de deux cuillères à soupe de racines et de feuilles de chicorées hachées dans une tasse d’eau. Il faut laisser infuser le tout durant quinze minutes. Cette infusion peut être faite deux à trois fois par jour en cas de troubles digestifs.

Pour les troubles digestifs il est également possible de faire bouillir dans un litre d’eau, environ 30g d’un mélange de fleurs, feuilles et racines séchées de chicorée. Une tasse de cette préparation peut être consommée avant les principaux repas.

Pour les personnes en manque d’appétit, l’équivalent de 1,5g de chicorée infusé dans de l’eau bouillante peut être consommé avant chaque repas. Si vous optez pour le jus de chicorée, il faut diluer dans un demi-verre d’eau environ une cuillère à soupe de jus. Ce mélange est à boire matin et soir.

Il est possible d’en faire une lotion adoucissante. Elle se prépare en faisant infuser quatre cuillères à soupe de feuilles et racines hachées de chicorée avec l’équivalent d’une tasse d’eau.

Risques et mise en garde

La chicorée ne doit pas être absorbée en trop grande quantité. Cela peut être nocif pour le foie. En outre, une trop forte dose peut aussi provoquer des diarrhées, des ballonnements ou des crampes. Sa consommation est aussi déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes et aussi aux enfants de moins de six ans.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.